INFO HISTORIQUE ( CORRESPONDANT DEFENSE°).


Jean MARIDO, (né le 24 novembre 1920 à GRAVILLE, faubourg du Havre – décédé le 03
août 1944 au-dessus de Benenden dans le Kent, en Angleterre) est un aviateur français libre
de la Seconde Guerre mondiale, mort en héros au combat au-dessus de la Manche.

Le 3 août 1944, à 12h30, le capitaine Jean MARIDOR du 91e Escadron de la RAF décolle
pour sa dernière mission. En survolant la côte à Rye, il a repéré une bombe volante V1 et s'est
lancé à la poursuite dans son Spitfire et bien qu'il ait tenté à plusieurs reprises de l'abattre, il
n'a pas pu l'écraser. Alors que le V1 se dirigeait vers le nord, il s'est rendu compte que la
trajectoire apparente du V1 était l'école de Benenden - un hôpital de guerre arborant une
grande croix rouge sur le toit. Le capitaine MARIDOR a fait une autre tentative pour faire
tomber la "buzz bomb" sans succès. Réalisant les conséquences pour l'hôpital et le village de
l'atterrissage et de l'explosion du V1 et sans se soucier de sa propre sécurité, le capitaine
MARIDOR s'est rapproché de la bombe volante. A moins d'une cinquantaine de mètres entre
son Spitfire et le V1, il lança une dernière salve de canon. L'explosion gigantesque a arraché
l'aile droite et le Spitfire s'est effondré au sol. Les restes du capitaine MARIDOR ont été
retrouvés près de l'hôpital entourés de l'épave de l'avion. Les habitants de Benenden de
l'époque ont juré de ne jamais oublier la bravoure du pilote français de 23 ans, le capitaine
Jean MARIDOR DFC, décédé au combat le 3 août 1944 pour sauver leur village.

Jeunesse et débuts de pilote.


Passionné d'aviation dès son plus jeune âge, mais, issu d'un milieu modeste (ses parents
possèdent une épicerie) et n'ayant pu faire des études supérieures, il entra en apprentissage
chez un coiffeur, tout en prenant des cours de vol dans un aéro-club local ; et c'est ainsi qu'à
peine âgé de 16 ans il obtint son brevet « B », et deux ans plus tard son brevet « A ».

En mai 1939, il rejoignit l'Armée de l'air à la base d'Istres et obtint ses « ailes » de pilote
militaire à la fin de septembre de la même année. Il entreprit alors une formation sur
Dewoitine D.520, en mars 1940, et lorsqu'il put rejoindre une unité de combat, en juin 1940,
comme caporal-pilote, il reçut l'ordre, 48 heures après son arrivée, de détruire son appareil par
le feu, pour cause d'Armistice. Il décida alors de rejoindre la Grande-Bretagne, s'embarquant
sur le SS Arandora Star, chargé de troupes polonaises, en partance de Saint-Jean-de-Luz.
Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Maridor